Accueil
1 866 JE DONNE(1 866 533-6663)
COLLECTESDONNEURSBÉNÉVOLESHÔPITAUXSALLE DES MÉDIASÀ NOTRE SUJETCARRIÈRES
Trouvez une collecte :  search Cherchez dans tout le site :  search
Prenez rendez-vous en ligne.
Accueil > Ce qu'il faut savoir > FAQ
Pourquoi donner?
Qui a besoin de sang?
Puis-je donner?
Critères de base pour le don de sang
Questionnaire sur l’état de santé des donneurs
Politique d’exclusion relative au paludisme
Quand puis-je faire un don?
Langue des signes québécoise
HSH
Types de don
Vue d'ensemble
Le sang
Plasma et plaquettes
Cellules souches
Bureau national de financement
Bureau national de financement
Du sang pour la recherche
Comment s'impliquer?
Dans ma collectivité
Envoyez une carte virtuelle!
Participation du public
Bénévoles
Partenaires pour la vie
De quel groupe êtes-vous?
À vos marques, prêts... donnez!
Semaine nationale des donneurs de sang
UniVie
Du sang neuf pour la vie
Ce qu'il faut savoir
Préparation à une pandémie de grippe
Sécurité et dépistage
Recherche-développement
Virus du Nil occidental
Voyages, vMCJ et exclusion
ÉducaSang
Foire aux questions
Formulaires
Devenir bénévole
Nouveaux donneurs
Modification des renseignements
Inscription à UniVie
Inscription à Partenaires pour la vie – organisations
Inscription à Partenaires pour la vie – membre
Inscription à À vos marques, prêts… donnez!
Expérience des donneurs questionnaire
Hôpitaux
Service à la clientèle
Circulaire d'information
Lettres aux clients
Protéines plasmatiques
Site Web - médecine transfusionnelle
Formulaires pour les clients hospitaliers
Formulaires UniVie
Réactions indésirables
 

Foire aux questions
Découverte d'un cas d'ESB en Alberta

  1. Quelle menace l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) et la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ) posent-elles pour le système du sang du Canada?
  2. Quelle est la politique actuelle d’exclusion relativement à la vMCJ que la Société canadienne du sang a prise à titre préventif?
  3. Compte tenu du cas récent d’ESB au Canada, prévoyez-vous retirer la politique qui porte sur l’Europe?
  4. Quelles mesures la Société canadienne du sang a t-elle prises jusqu’à maintenant pour protéger le système du sang contre le risque théorique posé par l’ESB?
  5. Que faites-vous maintenant pour répondre au cas recensé en Alberta?
  6. Est-on en train de mettre au point un test de dépistage de la vMCJ?
  7. Est-ce que je peux contracter la vMCJ en donnant du sang?

1. Quelle menace l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) et la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ) posent-elles pour le système du sang du Canada?

Le risque est extrêmement faible puisque les chercheurs n’ont trouvé aucune preuve démontrant que la vMCJ peut être transmise par le sang, même si cette maladie est présente depuis des années chez des personnes au Royaume-Uni. Deux études récentes portant sur des patients atteints de thalassémie et d’hémophilie appuient cette affirmation. On a suivi des patients qui avaient reçu des produits sanguins donnés par des personnes du Royaume-Uni qui avaient la vMCJ et en étaient mortes par la suite. Aucun des receveurs n’a eu la maladie. Nous avons aussi constaté le contraire : on a réalisé des études pour suivre des gens qui avaient donné du sang à des patients qui ont fini par mourir de la vMCJ. Aucune des personnes qui avaient donné du sang aux patients atteints de la vMCJ n’a montré de symptômes de cette maladie.

/\ Haut de la page

2. Quelle est la politique actuelle d’exclusion relativement à la vMCJ que la Société canadienne du sang a prise à titre préventif?

Comme mesure préventive contre le risque que pose la vMCJ, la Société canadienne du sang a mis en vigueur la politique suivante : Les personnes ayant passé, entre 1980 et 1996, au total, soit trois mois ou plus au Royaume-Uni, soit trois mois ou plus en France, soit cinq ans ou plus dans une autre région d'Europe de l'Ouest, ne sont pas admissibles au don de sang ou de plasma. De même, les personnes ayant reçu une transfusion sanguine au Royaume-Uni, en France ou dans un autre pays d'Europe, depuis 1980, ne sont pas autorisées à donner du sang ou du plasma.

Dans le contexte de cette politique, le Royaume-Uni englobe l’Angleterre, l’Écosse, l’Île de Man, les îles Anglo Normandes, l’Irlande du Nord et le pays de Galles. L’Europe de l’Ouest comprend l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, l’Italie, le Liechtenstein, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Portugal, la République d’Irlande et la Suisse.

/\ Haut de la page

3. Compte tenu du cas récent d’ESB au Canada, prévoyez-vous retirer la politique qui porte sur l’Europe?

Même si nous révisons périodiquement la politique, actuellement nous n’envisageons pas de la modifier parce que la situation en Europe est beaucoup plus grave qu’au Canada. On a recensé plus de 180 000 cas d’ESB au Royaume-Uni depuis 1986 et il y en a eu des centaines dans d’autres pays d’Europe. En revanche, il s’agit seulement du deuxième cas d’ESB au Canada - le premier étant celui d’une vache importée du Royaume-Uni en 1987.

/\ Haut de la page

4. Quelles mesures la Société canadienne du sang a-t-elle prises jusqu’à maintenant pour protéger le système du sang contre le risque posé par l’ESB?

L’ESB préoccupe toujours la Société canadienne du sang. Nous avons commencé à suivre la maladie de près au moment de la création de la Société canadienne du sang en 1998. Notre première politique d’exclusion remontre à 1999 et nous l’avons étudiée chaque année et révisée en 2000, en 2001 et de nouveau en 2005. Nous avons continué de suivre la situation dans d’autres pays et nous nous tenons sur nos gardes au cas où un tel problème se poserait au Canada.

Nous avons en outre mis en service, en 1999, un procédé appelé réduction leucocytaire qui permet d’éliminer les globules blancs de toute unité de sang que nous prélevons. Il s’agit là d’une des principales mesures de protection que le Royaume-Uni a prises afin de réduire le risque que la vMCJ pose pour son système du sang.

/\ Haut de la page

5. Que faites-vous maintenant pour répondre au cas recensé en Alberta?

Nous rassemblons les informations les plus récentes et avons réuni certains des meilleurs scientifiques en la matière qui nous aideront à déterminer la voie à suivre. Nous collaborons avec notre comité consultatif sur la recherche et les questions scientifiques, comité qui regroupe des scientifiques du Royaume-Uni, des États-Unis et du Canada. Nous collaborons aussi étroitement avec Santé Canada pour suivre de près l’enquête en cours dans l’Ouest canadien.

Même si le risque demeure théorique et mince, nous voulons nous assurer d’avoir accès aux meilleurs experts en la matière et aux renseignements les plus récents sur la question afin de prendre les meilleures décisions possibles pour le bien-être de la population canadienne.

/\ Haut de la page

6. Est-on en train de mettre au point un test de dépistage de la vMCJ?

Aucun test de dépistage n’est disponible pour les personnes qui peuvent avoir été exposées à l’ESB. Il n’y a donc pas de moyen connu de détecter la vMCJ avant l’apparition des symptômes. En fait, le seul moyen de poser un diagnostic certain consiste à examiner le cerveau après la mort.

De nombreuses recherches internationales en cours portent sur la mise au point d’un tel test, mais on ne s’attend pas à ce qu’il soit disponible à court terme. Il importe toutefois de comprendre que le nombre de cas de vMCJ est à la baisse dans le monde – même au Royaume-Uni – et que le risque de transmission de la vMCJ par le sang demeure théorique seulement.

/\ Haut de la page

7. Est-ce que je peux contracter la vMCJ en donnant du sang?

Non. Il n’y a aucun risque de contracter de la vMCJ en donnant du sang.


Top of the page Accès à l'information et avis de confidentialité | Conditions d'utilisation | Copyright © 1998-2014 Société canadienne du sang. Tous droits réservés.